La reprise…

IMG_2212-001

On m’a souvent demandé comment c’était passé ma reprise du travail après mes trois mois d’arrêt…arrêt lié à une décision managériale qui voulait m’imposer de changer de service…

Je ne vais pas redire tout ce que les personnes connaissent déjà mais n’étant pas sur un poste en restructuration, me plaisant dans mon travail et dans l’ambiance où j’étais, ayant qui plus est des soucis de famille avec mon papa entre autre…bref ce n’était pas le moment de me faire chier…ou devrai-je dire de m’en rajouter un peu plus.

Pourquoi m’imposer un poste sans aucune contrepartie alors qu’on m’avait éjecté de ce service il y’a quelques années!! Oui bien sur j’ai l’expérience, je connais un peu le travail mais je n’ai absolument rien à y gagner…rien du tout et bien au contraire ( je ne vais pas rentrer dans les détails…)

Cette expérience de ces trois mois m’a fait complètement évoluer quand au monde du travail que je voyais sans doute un peu trop rose. Nous sommes des pions et je ne pensais pas en être un sans doute.

J’ai repris mon poste dans le même service où j’étais avant de partir. Nous sommes un de plus puisque la personne qui m’a remplacé est là. L’ambiance n’est plus trop la même car il y’a eu des réorganisations de places mais peu importe, j’ai réussi!

Il a fallu en déplacer des montagnes, taper très haut mais j’y suis parvenu. Les syndicats n’ont rien fait non…le médecin du travail si peu bien que très compréhensive. Mon entretient de reprise avec mon chef direct (celui qui pensait ne plus m’avoir) ne fut pas des plus faciles mais désormais je fais mon travail, pas plus, pas moins.

Des personnes se sont inquiétées ici même sur le net…j’ai même eu une personne (indirecte à mes contacts) qui a téléphoné à mon grand chef pendant que j’étais avec lui car elle s’inquiétait de moi. Sans doute avais je mis une phrase sur le net qui laissait penser que je n’allais pas bien du tout…mais je ne crois pas.

Pourtant je peux vous dire que personne au niveau du travail ne s’est inquiété de ma personne pendant mes trois mois d’absence…là aussi la déception est importante mais comme on dit au travail ce sont des collègues et c’est tout.

Voilà, tout est rentré dans l’ordre. Je travaille pour avoir ma paye à la fin du mois, ne m’investis plus dans rien au niveau de mon travail…le dégoût est passé par là…hélas, et je ne suis pas le seul dans ce cas quand je lis des choses ici où là.

Publicités

7 commentaires sur « La reprise… »

  1. Je n’ai pas suivi le début de cet incident (et le mot a l’air faible) dans la mesure où je découvre ton blog depuis peu. Mais je retiens que tu es ressorti vainqueur de cette bataille et c’est le plus important 🙂

    J'aime

  2. la vie en entreprise n’est pas simple maintenant
    je suis heureuse d’être retraitée pour ne pas avoir à subir ces décisions arbitraires bonne continuation et gros bisous odile

    J'aime

  3. je n’ai pas d’amis au travail, j’ai gardé contact avec quelques anciens collègues que j’apprécie (3). Peu de personnes se rendent compte que si quelqu’un rencontre un problème, demain ça peut être quelqu’un d’autre et qu’on pourrait être un groupe solidaire … c’est triste !

    J'aime

  4. Coucou Bruno !

    Tu as donc repris le travail, tu fais ce que tu as à faire ni + ni – et tu as entièrement raison !
    Le monde du travail devient de plus en plus difficile. Quand ils tombent sur une personne comme toi qui connait ses droits, qui tient tête et qui résiste … ils sont obligés de « plier ».
    Ce qui est dommage c’est pour les travailleurs moins combattifs, tu imagines, comme « ils se font avoir » ! gggrrr !

    Tu connais désormais les personnes à qui tu as à faire… garde la tête haute … ce sont elles qui jouent un jeu très peu loyal.

    Parfois l’employeur se comporte mal (surtout dans cette période de crise) … mais il faut coute que coute défendre ses droits. Tu as eu raison Bruno.

    GROS BISOUS et bonne continuation.

    J'aime

  5. C’est vrai, il y a de quoi être dégoûté, mais comme tu dis, on t’a écouté, mais les choses ont fini par changer un peu ces dernières années. Les syndicats se battent sur les problèmes salariaux, d’avantages, mais moins pour ces problèmes « individuels » de poste, alors que cela fait partie de leurs fonctions.
    J’espère qu’on te laissera tranquille. Moi, quand j’ai voulu solliciter le décisionnaire après une définition de fonctions impossibles à tenir, je me suis heurtée à un mur, et si je ne disais rien, j’aurais fait des fautes professionnelles, d’où l’angoisse, le mal être, la dépression.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s